L 'arrivée de l'électricité

La fée électricité

 

Le 21 février 1912 une commission est crée par la commune pour étudier le problème de l'éclairage.
Le 18 avril 1912 une concession de 30 ans est signée avec les frères GILLERON Désiré et Fenelon de Sommaing sur Ecaillon pour la distribution publique d'électricité.
Désiré et Fenelon étaient les enfants d'un premier mariage de Mme Jules Hottelart qui possédait à Vendegies un atelier de mécanique .
En achetant le moulin de Sommaing avec leurs fils Mr et Mme Hotelart voulaient les aider à créer leur propre entreprise.

Le cahier des charges ainsi que celui de la commune de Sommaing est approuvé par le préfet le 31 août 1912 et enregistré à Solesmes le 18 septembre, l'exécution des ouvrages peut commencer.

Entreedesbosquets bd

L 'Ecaillon génératrice de l' éléctricité


L'équipement de la commune comprend 22 lampes de rue, 2 lampes dans la 1ère classe des garçons et 2 lampes dans la 1ère classe de l'école des filles.
Les lampes de rues sont allumées du coucher du soleil à 11 Heures du soir en semaine et jusqu'aux heures autorisées par la police les dimanches et jours de fêtes et de 4 Heures du matin jusqu'au lever du soleil. (le cahier des charges ajoute que par soucis d'économie les lampes pourront être éteintes lorsque le clair de lune sera suffisant pour rendre leur emploi inutile)
Le coût du Kw/h est de 60 centimes pour l'éclairage et de 30 centimes pour les autres usages si un compteur électrique est installé, sinon un forfait est passé avec le client qui paiera alors:
- 3 francs par mois pour une lampe de 16 bougies
- 4.50 francs pour 2 lampes de 16 bougies
- 4 francs pour une lampe de 25 bougies
- 5 francs pour une lampe de 50 bougies.
Note: le prix du Kw/h (0.60 F) est équivalent au salaire horaire moyen d'un ouvrier.

En 1922 des travaux importants permettent de passer du courant continu au courant alternatif triphasé; la roue à aubes est remplacée par un e turbine " FRANCIS " entraînant un alternateur.
Les besoins en courant augmentent sans cesse et le 22 avril 1931 la commune décide d'acheter un terrain pour implanter un transformateur et alimenter le village à partir de courant acheté à la SERVA (société d'électricité de la région de Valenciennes et Anzin)
La concession est resignée avec les frères Gilleron jusqu'en 1952 qui entreprennent des travaux de renforcement des lignes de la commune.

Le 21 novembre 1935 le conseil municipal adopte le projet d'électrification des écarts.
Les lieu dit " La Guinguette ", " la planche à pierres ", " la fosse aux loups " et la " ferme Decaux ", la totalité de la rue du Roniau et des billes seront électrifiées.

 La réception des travaux aura lieu le 25 avril 1937; le coût des travaux sera de 27.500 F dont 11.000 F à charge de la commune.

 L'électricité devient un bien de consommation courante; le prix du Kw est maintenant accessible et est de:
- 1.05 F en 1925
- 1.25 F en 1932
- 1.65 F en 1937 (salaire horaire moyen 4.80 F )

 Le 8 avril 1946 le parlement vote la loi de nationalisation des réseaux électriques qui deviendra effective à Vendegies en 1947